La Grèce est accusée de la « plus grande répression depuis des années » à l’encontre d’un navire de réfugiés en détresse

La Grèce est accusée de la « plus grande répression depuis des années » à l’encontre d’un navire de réfugiés en détresse

Le cargo, transportant 382 migrants, a été remorqué en mer pendant quatre jours avant qu’Athènes ne soit contrainte de procéder à un sauvetage après un appel au secours.
Cette opération a été saluée comme la plus grande opération de recherche et de sauvetage en Méditerranée orientale depuis une décennie. Mais la tentative de sauver des centaines de réfugiés sur un navire en détresse en mer Égée a donné lieu à des allégations selon lesquelles l’opération portait toutes les marques d’un refoulement illégal avant que les garde-côtes grecs ne soient contraints de changer de tactique.

Quelques jours seulement après le débarquement de 382 demandeurs d’asile sur l’île de Kos, les critiques se sont multipliées au sujet de leur épreuve « inutilement prolongée » en mer.

Le Dr Apostolos Veizis, qui dirige l’organisation d’aide humanitaire Intersos Hellas, a déclaré : « Il s’agissait d’hommes, de femmes et d’enfants qui cherchaient à se protéger et qui auraient dû être conduits dans un port sûr après que le navire eut lancé un signal de détresse.

« Le port le plus proche n’était qu’à quelques kilomètres. Au lieu de cela, ils ont été maintenus sur le navire pendant quatre jours, une période inutilement prolongée sans accès aux services de base. »

Le Murat 729, battant pavillon turc, se dirigeait vers l’Italie lorsqu’il a rencontré des problèmes de moteur au large de la Crète et a lancé un appel de détresse le 28 octobre.

À son bord se trouvaient des Pakistanais, des Afghans, des Bangladais, des Syriens, des Iraniens et des Libanais. Il s’agit de l’afflux le plus important de demandeurs d’asile depuis des années, qui empruntent un itinéraire de plus en plus populaire pour les réfugiés à destination de l’Europe. Plus de 100 navires, allant de yachts à des cargos désaffectés tels que le Murat, auraient traversé la mer au sud de la Crète cette année.

Dès 8 h 30 ce jour-là, Tommy Olsen, qui dirige l’Aegean Boat Report, une ONG norvégienne qui surveille les mouvements de personnes dans la région, a reçu les premières photos et vidéos de passagers demandant de l’aide.

« On pouvait voir le bateau qui dérivait au large de l’île et une patrouille de garde-côtes helléniques à ses côtés », a-t-il raconté au Guardian depuis son domicile de Tromsø, au nord du cercle polaire. « Il était bondé de gens et les côtes de la Crète étaient clairement visibles. »

Ce qui a rendu Olsen perplexe, lui qui affirme être contacté par des personnes en détresse – « les victimes de repoussages » dit-il – jusqu’à 10 fois par semaine, c’est le refus des autorités locales d’accepter qu’elles avaient localisé le navire.

« La raison pour laquelle les responsables grecs insistent sur le fait qu’ils n’ont pas trouvé le bateau, puis commencent à le remorquer loin de la Crète, m’a semblé très étrange », a ajouté Olsen, un vétéran du travail de solidarité avec les migrants sur les îles de la ligne de front de la mer Égée. « Cela m’a instantanément fait penser que ce à quoi nous assistions en fait n’était pas seulement un autre repoussoir, mais le plus grand repoussoir depuis des années. »

Remorqué en direction de la Turquie, le navire en détresse a passé les trois jours suivants à être traîné en haute mer par les garde-côtes grecs.

« Toutes les heures, je recevais la géolocalisation du bateau et on pouvait le voir aller et venir », a-t-il dit. « De 14 heures le jeudi jusqu’aux premières heures du dimanche, lorsque les passagers ont été autorisés à débarquer, il a parcouru 500 km [300 miles]. Pendant tout ce temps, les gens envoyaient des messages disant qu’ils ne recevaient même pas d’eau et que certains étaient très malades. »

Les autorités grecques ont reconnu le Murat pour la première fois le vendredi 29 octobre, indiquant qu’il se trouvait dans les eaux internationales au large de la Crète et qu’Athènes avait demandé à la Turquie de le reprendre.

L’apparition du cargo s’inscrivait dans un contexte d’escalade des tensions entre les deux pays au sujet des flux de migrants irréguliers.

Les frictions ont augmenté lorsque des bateaux transportant des migrants et des réfugiés sont partis, apparemment sans encombre, des côtes turques, alors qu’Ankara avait accepté d’empêcher les flux illégaux dans le cadre d’un accord avec l’UE en 2016.

Depuis mars 2020, lorsque le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, a encouragé des milliers de migrants à entrer en Grèce – déclenchant une crise qui verrait l’UE se démener pour renforcer ses frontières terrestres et maritimes – la mer Égée serait devenue le théâtre de refoulements, des groupes de défense des droits de l’homme affirmant que des milliers de personnes ont été déplacées de force dans les eaux turques avant d’avoir la possibilité de demander l’asile.

« Ce qui est particulièrement préoccupant dans cette affaire, c’est que le gouvernement tentait de renvoyer des personnes qui voulaient demander l’asile en Grèce avant qu’une procédure d’asile n’ait eu lieu », a déclaré Minos Mouzourakis à Refugee Support Aegean, une ONG offrant une assistance juridique aux réfugiés et aux demandeurs d’asile. « C’est une violation du droit européen et des droits fondamentaux ».

Les refoulements figuraient parmi les questions en tête de l’ordre du jour lorsque le ministre grec de la migration, Notis Mitarachi, s’est entretenu à Ankara cette semaine.

Le gouvernement grec de centre-droit de Kyriakos Mitsotakis a vigoureusement rejeté les allégations concernant les refoulements – les attribuant en grande partie à la propagande turque – mais le dirigeant reconnaît que son administration poursuit des politiques de gestion des frontières « dures mais justes » pour sécuriser la frontière extérieure de l’UE.

Expliquant le temps nécessaire pour amener le cargo « à un point d’ancrage sûr », les responsables du ministère des migrations à Athènes ont rejeté la faute sur le refus d’Ankara de répondre aux demandes répétées de renvoi du navire.

Mais les critiques affirment que l’odyssée à laquelle les réfugiés ont été soumis, au fur et à mesure du déroulement de l’impasse, est également en contradiction avec la version des faits du gouvernement grec. Peu après que les demandeurs d’asile aient été ramenés à terre, M. Mitarachi a fait l’éloge des garde-côtes grecs, déclarant : « La Grèce est intervenue, apportant une aide humanitaire immédiate aux personnes dans le besoin, comme nous le faisons toujours. »

Les groupes d’aide, qui ont reconstitué la séquence des événements, estiment qu’il était impossible, d’un point de vue logistique, de repousser le navire en raison de sa taille et qu’il aurait fallu que les garde-côtes grecs entrent également dans les eaux turques. Lorsqu’il est devenu évident qu’un repli était impossible, Athènes s’est tournée vers la Turquie, a déclaré M. Olsen, dont l’organisation fait partie d’un réseau d’ONG accusées par les autorités grecques d’aider et d’encourager les passeurs – des allégations qu’il rejette fermement.

« Nous savons maintenant qu’il y avait 136 enfants parmi les passagers et des personnes ayant des besoins spéciaux », a déclaré Veizis. « Au lieu que les garde-côtes grecs, qui sont un service de sauvetage, les mettent en sécurité, le gouvernement a choisi de les garder à bord et de les déplacer pour tenter de trouver un accord avec la Turquie. Les accords sont faits pour les affaires, pas pour les humains qui cherchent une protection internationale. »

Il insiste sur le fait que c’est l’absence d’un passage sûr et légal vers l’Europe qui contraint tant de personnes à emprunter des voies aussi dangereuses.

Installés dans leur centre d’accueil encerclé de barbelés à Kos, les personnes à bord du Murat auront le droit de demander l’asile. La procédure ne s’annonce pas facile : tous doivent subir 14 jours de quarantaine, même si aucun, jusqu’à présent, n’a été testé positif au Covid-19. Mercredi, les garde-côtes ont commencé à prendre leurs coordonnées.

Mitarachi a déjà fait part de ses intentions. Annonçant une réunion avec les ambassadeurs du Pakistan et du Bangladesh la semaine prochaine, le ministre des migrations a déclaré qu’il demanderait le renvoi dans leur pays d’origine de tous ceux qui ne méritent pas l’asile. Les ressortissants pakistanais et bangladais représentaient 252 des passagers du navire.

 

Actualités Économie